AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
illustration Bienvenue sur rmfc ! RPG city basé sur le voyage temporel - rpg libre : pas de minimum de mots, pas de quota rp par mois - avatars réels de toute nationalité 200*320 - 5 jours pour poster sa fiche chronologique - pas de fiche de présentation - design par daevil et krow

What's up ?

16.06.19 nouvelle version 2.2
16.06.19 time traveler certifié ?
23.02.19
nouvelle version 2.1
23.02.19 event nouvel an lunaire
03.01.19 nouvelle version 2.0


Les dernières aventures

un fou s'amuse à raconter ses récits à propos de voyages temporels, son blog est disponible ici sully s'embarque dans de drôles aventures, devenant père du jour au lendemain... heureusement qu'il peut compter sur l'aide d'ardyn !



Partagez

before I knew, I was already yours | 12/96
Aller en bas 

Wu Lisan
Voir le profil de l'utilisateur http://outoftime.forumactif.com/t442-lemme-crack-the-skynet-babe http://seoul95.forumactif.com/t266-wu-lisan http://seoul95.forumactif.com/t318-wu-lisan-i-m-in-the-matrix
before I knew, I was already yours | 12/96 EmptyVen 21 Déc - 22:40
Wu Lisan
pseudo : krow
feat : Min YoonGi before I knew, I was already yours | 12/96 CF06A30 crédits : tumblr + me
age : 47 y.o. - 06.08.71
métier : développeur de jeux
statut : en couple avec L. Merry
disponibilité rp : 2 rp
messages : 56 sujets : 62
date d'inscription : 28/06/2018 before I knew, I was already yours | 12/96 UDcQXEA
I regret nothing
Revenir en haut Aller en bas
La foule qui se disperse au mieux tandis que lui se sent minuscule dans cet immense aéroport lui donne le vertige. Il ne supporte ni le bruit, ni les gens, ni les espaces réduits, ni ceux a contrario trop vastes qui lui rappellent constamment à quel point il est seul avec lui-même, seul avec ses choix et que tous les soutiens du monde ne suffiraient pas à rendre sa peine plus supportable. Quelques jours, voire semaines auparavant, Lisan avait accueillie Merry chez lui et s’était vu confié des sentiments qu’il n’arrivait pas à retourner. Il était vrai qu’il s’était épris d’affection pour lui, qu’il arrivait à accepter le contact forcé par son ami danseur, mais ce n’était pas de l’amour. Non, ça n’était pas possible. Son cœur s’était serré et il avait réagi si froidement que Merry s’en était senti mal quand sa porte s’était refermée. Le vide total, l’angoisse et les jours qui avaient suivis n’avaient été guère mieux. Des tremblements le prennent alors qu’il tient son billet entre ses doigts aux ongles rongés. Il est terriblement crispé à fixer son regard sur le bout de papier qui le ramènerait vers sa mère. Sa respiration s’entrecoupe. Il n’avait pas vu le Lim depuis sa déclaration, il n’avait pas décroché son téléphone fixe, il n’avait pas réussi à l’appeler ou à prendre en compte les visites, faisant littéralement le mort. Sa valise à côté de lui, minuscule et dénuée de toute fioriture, il mord sa lèvre pour ne pas laisser échapper plus de lui, généralement si peu expressif.

Rien sur son visage ne trahie le dilemme qui se joue derrière. Des larmes menacent de couler à tout instant tandis qu’il réfrène le plus possible son mal. S’il n’aimait pas Merry en retour, pourquoi la simple idée de quitter la Corée du Sud dont la langue lui était moins étrangère à présent lui faisait l’effet d’un poignard en plein cœur ? Les sillons se creusent lentement. Il se sent minable d’avoir ainsi rejeté Merry, mais un homme ne peut pas tomber amoureux d’un autre homme, c’est contre nature, c’est indécent, c’est pervers. Tant d’adjectifs qui lui passent par la tête et qui lui semblent insensés. Pourquoi n’aurait-il pas droit d’aimer quelqu’un du même sexe ? Accroupit à présent au sol en s’accrochant au billet, le petit brun se tort dans des grimaces et la douleur de ses entrailles contractées dont la position n’aidait pas. Rien n’allait, ni physiquement, ni mentalement. Il ne s’arrête plus, serrant les poings en froissant le papier, ses épaules tressautant sous les sanglots étouffés derrière le masque noir qui recouvre sa bouche. On ne lui vient pas en aide, comme une aura protectrice qui crie à qui voudrait s’y tenter qu’il mordrait ou qu’il en allait de sa raison, il ne fallait pas l’approcher.

Sa pomme d’Adam danse de haut en bas, il n’arrive plus à déglutir sans se sentir étouffer, sans ouvrir la bouche et il inspire profondément pour essayer de remettre en ordre le peu d’apparence auquel il ne tenait déjà pas. Il essuie vaguement ses yeux sous la frange qui les cache et secoue la tête en reniflant, ses bras repliés contre sa taille, se maintenant comme s’il avait mal. Mais c’est le cœur qui souffre et il ne sait pas quoi faire, là dans un recoin de l’aéroport, les annonces lui faisant vriller complètement la tête. Le flou auditif se désépaissit peu à peu et il retrouve le peu de moyen qu’il possède encore, frissonnant d’angoisse à l’idée de partir. Il fronce les sourcils et finalement, heurte sa valise tout en la saisissant maladroitement, la faisant rouler en cherchant le chemin pendant quelques minutes, pesant le pour et le contre, allant d’un endroit à l’autre en prenant des directions opposées pour tomber sur la fameuse cabine… une cabine qui devait servir à avertir d’un retard, d’une arrivée, d’un empêchement ou de toute autre raison qui n’était pas la sienne. Est-ce que c’était déjà arrivé ? Qu’un homme se tienne debout pour appeler comme dans ces films américains leur dulcinée ? Même ces mots-là dans sa tête lui faisait lever les yeux au ciel. Il aurait voulu crier que l’ironie de ce sort cruel n’avait rien de plaisant et qu’il savait qu’un homme en aimant un autre ne serait pas considéré comme tel. Ça lui était égal, ça lui avait toujours été égal… mais plus encore aujourd’hui. Égoïstement, il avait voulu éloigner Merry, il ne lui avait pas laissé le temps de discuter… il ne lui avait même pas dit.

Ses doigts parcourent les quelques pièces qu’il avait gardées en souvenir pour sa mère, mais qu’il avait besoin de dépenser pour tenter une excuse. La sonnerie retentie, mais il n’y a rien au bout du fil, alors sa voix reste coincée dans l’étau serré de sa gorge. Il raccroche tandis que le message vide avait dû être reçu. Immédiatement après, il rappelle. Toujours ce répondeur… cette fois, il se décide, mettant un certain temps avant de lancer un « Je… je suis Wu Lisan… et j’ai un message pour Merry » il tape nerveusement le côté de sa veste de sa main libre, prenant une inspiration en réduisant sa bouche en une ligne fine le temps de serrer un peu plus le combiné noir entre ses doigts à en faire blanchir ses jointures. « Je voulais m’excuser de ne pas avoir donné de nouvelles jusqu’à présent… non. » il passe sa main sur le bas de son visage et frotte nerveusement avant de reprendre, laissant sa voix trembler à son tour « J-je voulais… te dire que j’ai agi comme un con en faisant le mort et… que tu ne mérites pas ça. Je pense que tu m’en veux et » il laisse un rire très léger se faufiler entre ses lèvres. « C’est bien normal…, mais je voulais que tu saches que je vais m’en aller et je n’y arrive pas. J-j’arrive pas Merry… » Sa voix devient rauque et il se maîtrise au mieux, déglutissant en faisant glisser sa main devant ses yeux rougis qui poursuivent le déversement de leurs rivières d’eau salé. « Je pensais que ce serait mieux si je partais, mais j’en ai pas envie parce que… quand j’y réfléchis… je t’aime beaucoup aussi… je sais pas si c’est aimer comme toi, mais je sais que si je pars je reviendrais pas et rien que l’idée me- »

Le message était beaucoup trop long, coupé par la voix douce d’une greluche qui lui annonce que son message avait bien été transmis, Lisan râle et s’acharne en raccrochant violemment, insérant sa dernière pièce pour rappeler.
Lim Merry
Voir le profil de l'utilisateur http://outoftime.forumactif.com/t463-lim-merry-l-irresponsable-g http://seoul95.forumactif.com http://seoul95.forumactif.com
before I knew, I was already yours | 12/96 EmptySam 23 Fév - 16:36
Lim Merry
pseudo : MinMin
feat : Hoseok ~ . crédits : minmin
age : 43 ans 17 décembre 1974
métier : historien danseur 2019
statut : fiancé a lisan le magnifique 2019
disponibilité rp : 3 rp
messages : 85 sujets : 96
date d'inscription : 03/12/2017 .
What if
Revenir en haut Aller en bas
Contrairement au habitude, il n'y avait plus de grand et sincère sourire sur le visage du cadet des Lim, n'affichant qu'un simple sourire morne de politesse, ou seulement pour ne pas inquiéter son aîné, alors qu'une foule de question passait dans sa tête. Il se disait qu'il aurait mieux fait de ce taire la dernière fois qu'il c'était rendu chez le jeune informaticien, que finalement, c'était peut être pas bien d'aimer un garçon ? Il se demandait s'il était aussi horrible que ça pour n'avoir aucune nouvelle de son ami ? Ex-ami ? Peut être que Lisan ne le considère même plus ainsi… Pourtant, Merry n'y pouvait rien si son cœur battait la chamade pour l'introvertie… c'était si compliqué. Il avait beau appeler, aller chez le concerner, lui envoyer une ou deux lettres, rien n'y faisait, il n'avait aucune nouvelle du garçon auquel il était tombé amoureux. À force, il était presque devenu imbuvable lui-même, se faisant virer de son travaille actuel après avoir soufflé au nez du patron, quand il rentrait de l'université, il allait s'enfermer dans sa chambre sans vraiment salué qui que ce soit et ne ressortait que le lendemain pour retourner en cours. Rien avoir avec le Merry explosif de tout les jours, seulement parce que la situation l'inquiété, qu'il remettait ses goûts en questions, se demandant s'il devait oublier son aîné ou non ? Qu'est-ce qui lui avait pris en même temps de tomber amoureux de l'ami de sa sœur ? Tous ça l'avait même à envoyer boulet son frère en fermant la conversation une fois pour toute pour la première fois, à faire une grève de la faim, qu'il arrivait à cacher encore une fois, n'étant pas la première. C'est la première fois qu'il avait mal comme ça, à en pleurer dans son lit lorsqu'il était tout seul. Il lui manquait terriblement. C'était horrible comme sensation. En boule dans le canapé, à serre une vielle couverture contre lui, la télé allumé, sans qu'il ne la regarde vraiment, son regard perdu dans le vague, il attendait que le temps passe. C'était les vacances, il aurait du réviser c'est cours, mais l'envie n'y était pas. Il aurait dû travailler, mais il n'a pas rechercher de nouveau boulot cette fois-ci, pas pour le moment en tout cas. Il laissait juste le temps passé inlassablement. Il laissait son cerveau mouliner ses idées confuses sur tout ça. Il ne l'oubliera décidément pas, pas tout de suite en tout cas.

Son téléphone sonne une fois… deux fois… il ne répond pas. il n'avait pas envie de parler. À quoi bon ? Il serait capable de renvoyer boulet la personne au bout du fil, tellement il était d'humeur exécrable, telle un gamin en plein caprice, alors que c'est seulement son cœur qui fait mal. Mais il reçoit des messages et décide de les écouter, on sait jamais si c'est important… seulement, il souffle quand le premier message est vide, passant au suivant, se redressant quand la voix de Lisan sort du combiner. Écoutant ce qu'il dit, grognant quand sa coupe, mais à peine finit que le téléphone sonne à nouveau, décrochant cette fois directement, pas question de rater le jeune homme. Il veut partir ? Partir où ? Loin en tout cas… trop loin. Les larmes au yeux, il pose le téléphone sur son oreille en reniflant, retenant un sanglot.

« - Lisan ? C'est toi ? Lisan ! Ne part pas ! »

Serrant l'appareil entre ses doigts, en alerte, debout devant le meuble, attendant une réponse, cherchant à ce qu'il reste, qu'il reste prêt de lui. Même si c'est en tant qu'ami ou même comme inconnu, s'il peut encore le voir. Est-ce que s'il partait maintenant pour l'aéroport il arriverait à temps ? Est-ce que les Lim avait un vélo ? Sûrement, mais où est-ce qu'il l'aurait foutu ce crétin d'engin ?
Wu Lisan
Voir le profil de l'utilisateur http://outoftime.forumactif.com/t442-lemme-crack-the-skynet-babe http://seoul95.forumactif.com/t266-wu-lisan http://seoul95.forumactif.com/t318-wu-lisan-i-m-in-the-matrix
before I knew, I was already yours | 12/96 EmptyDim 24 Fév - 16:10
Wu Lisan
pseudo : krow
feat : Min YoonGi before I knew, I was already yours | 12/96 CF06A30 crédits : tumblr + me
age : 47 y.o. - 06.08.71
métier : développeur de jeux
statut : en couple avec L. Merry
disponibilité rp : 2 rp
messages : 56 sujets : 62
date d'inscription : 28/06/2018 before I knew, I was already yours | 12/96 UDcQXEA
I regret nothing
Revenir en haut Aller en bas
Son cœur bat si fort qu’il a l’impression que ses tremblements lui sont dus. Ses doigts crispés sur le combiné tremblent et il utilise sa dernière pièce raclant contre le métal pour se guider jusqu’à la fente. Le tintement de la réception résonne dans sa tête endolorie par sa lourdeur, les maux qui le rongent et ses pleurs silencieux jusqu’alors retenus. Vainement. Les touches bougent comme par automatismes, guidé par son index pour un numéro qu’il a appris par cœur et qu’il ne cesse de jouer depuis quelques minutes à présent. Le temps lui joue des tours, il devrait bientôt partir pour embarquer ou s’y préparer du moins, mais il s’obstine et son souffle se bloque quant à l’autre bout du fil la voix de son ami lui semble sortir tout droit de son imagination. L’a-t-il si ardemment souhaité qu’il en devient fou ? Silencieux d’abord, ne sachant que dire, ses yeux agrandis par la surprise se froncent malgré tout et il force sa voix à s’extirper de sa torpeur et des sanglots retenus. « Merry… » ne part pas… il le lui demande, malgré son silence, malgré son caractère et ses sentiments qu’il ne sera peut-être pas en mesure de retourner avec autant de ferveur.

Sa main accrochée à l’appareil fixée au mur glisse et remonte au rythme de sa respiration, ses ongles enfoncés dans sa paume, il panique et cherche à dire ce qu’il ressent, mais il a du mal et se fait attendre tout en comptant les secondes qui s’écoulent et l’éloigne un peu plus de lui. « Je veux pas partir… je suis à l’aéroport je… m’en veux tu sais ? Je voulais pas te faire… puis si je pars ce serait peut-être mieux ? » Le faire souffrir autant pour ne rien promettre en retour ? Si Lisan n’était pas des plus altruiste, il n’avait jamais souhaité faire autant de mal, lui qui se voulait transparent et qui se contentait de cela se demandait à quoi pouvait bien servir d’être visible aux yeux des autres si c’était pour révéler autant de douleur pour chacun d’eux. Paradoxalement il se sentait plus vivant et à fleur de peau qu’il ne l’avait jamais été, là, tremblant et si faible. Les mots n’ont jamais été son fort et s’ils restent au fond de sa mémoire, ça ne l’empêche pas d’avoir envie de parler sincèrement. Il n’avait cette envie qu’avec lui. Déglutissant et reniflant, sa bouche ouverte, il laisse les spasmes s’entendre à l’autre bout de Seoul, désespoir trahissant une supplique. « Je ne sais pas quoi faire » dit-il, sa voix à peine audible, étouffée par les pleurs qui en déforment sa bouche. Ses dents se serrent de nouveau et il chasse encore l’eau qui ne fait que passer de sa joue à sa main. « S’il te plait… » s’il te plait… la simple idée de prendre une décision faisait planter tout son système cérébrale dans une erreur qu’il n’était pas en mesure de résoudre lui-même. Le brun en demandait trop et en était conscient, n’arrivant pas à formuler de paroles assez cohérentes pour être claires, même pour Merry ? Qu’allait-il décider ? Il avait peur d’être confronté, préférant fuir que de se prendre la gifle pourtant bien mérité. Mais en même temps, son cœur se sentirait plus léger d’être traité comme il le méritait et non avec cette patience et tout l’amour qu’il avait puisé chez le danseur. Il n’était qu’un profiteur. Lentement, le téléphone glisse de son épaule et il le laisse pendre dans les airs, les bras badlands. Il ne fuira pas, il se pose simplement, assis contre le mur à serrer ses jambes le plus près de lui possible à s’en faire mal.

Peut-être qu’il devait disparaître pour de bon ? Peut-être que ce serait l’idéal pour ne plus souffrir…, mais c’était encore plus lâche et assumer tout ça était la pire des punitions à contrario d’une disparition qui serait délivrance. Alors il attend, il ne voit que les jambes de passants pressés par le temps que lui prend et qu’il manque. Ce flou visuel tant par les larmes que par sa concentration évaporée vers ce milliers de questions. Il attend, mais il ne se calme pas, parfois ses larmes reprennent comme un torrent, parfois la fatigue le gagne. Il attend.
Lim Merry
Voir le profil de l'utilisateur http://outoftime.forumactif.com/t463-lim-merry-l-irresponsable-g http://seoul95.forumactif.com http://seoul95.forumactif.com
before I knew, I was already yours | 12/96 EmptyDim 24 Fév - 20:26
Lim Merry
pseudo : MinMin
feat : Hoseok ~ . crédits : minmin
age : 43 ans 17 décembre 1974
métier : historien danseur 2019
statut : fiancé a lisan le magnifique 2019
disponibilité rp : 3 rp
messages : 85 sujets : 96
date d'inscription : 03/12/2017 .
What if
Revenir en haut Aller en bas
Accroché au téléphone familiale, le garçon droit comme un i, en alerte du moindre son, ayant parler sans attendre, d'une voix pressante et un peu cassé, sans même attendre de savoir si c'était l'informaticien au bout du fil. En soit il s'en fichait d'être ridicule face à quelqu'un d'autre sur le moment. Mais le silence qui suit confirme un peut plus qui est la personne au bout du fil, n'importe qui d'autre l'aurait déjà démentit. Il sait que a doit être difficile pour l'introvertie de parler au téléphone. Alors, lui ne dit rien, il attend, nerveusement. Il attend peut être une réponse qu'il n'aura jamais ? Après tout, il le considérait peut être pour quelqu'un de d'anormal, de pas humain, et encore une fois, il se maudit d'avoir avoué ses sentiments, en connaissant le garçon maintenant. Il fixe l'horloge devant lui, regard l'aiguille des secondes défilaient comme si elle avait soudainement choisit de faire un marathon improvisé, défilant devant ses yeux, alors que le silence l'entour, l'assomme, fait paradoxalement trop de bruit dans ses tympans affolé, puis son nom est prononcé au but du fil. D'une voix chancelante, pleine d'émotion, autant que la sienne, puis le silence encore, alors que le doux timbre du chinois lui manque déjà, ne disant mot lui-même. Est-ce quand parlant il ferait fuir le chat apeuré ? Est-ce qu'il briserait le fin fil de soie qui les relies encore ? Il voulait entendre la suite, celle qu'il n'a pas dite sur le répondeur, il ne voulait pas que Lisan se referme sur lui-même encore une fois, il voulait l'entendre. Mais pour ça, devait-il attendre ou parler ? Perdu, Merry, t'es qu'un crétin perdu. Un crétin les larmes au yeux.

La voix hésitante se fait encore une fois entendre, il écoute avec attention, s'accroche à cette pensé, qu'il ne partira pas, et dans sa tête résonne ses mots inlassablement… ne part pas… ne m'abandonne pas… me laisse pas… ça murmure, ça chahute, ça hurle dans son esprit. Rattrape le. Fais-le rester. Et une larme vient couler sur sa joue, bientôt suivit de beaucoup d'autre, alors que rien ne sors encore de sa bouche, la gorge serré par les sanglots menaçant, il écoute les mots, ne sait pas quoi dire. Que dire pour le faire rester ? Est-ce que même il l'écoutait vraiment. Il veut pas qu'il parte. Reste. Lisan. Lisan. Lisan.

« - Lisan… »

Mais il n'y a déjà plus de son à l'autre bout, ni les sanglots, ni des mots, juste se s'il te plaît resté en suspens, alors que le cadet des Lim répétait encore le nom du chinois, comme pour se raccroché à une branche au dessus d'un précipice.

« - Lisan… si tu m'entends… ne bouge pas, ne part pas… reste où tu es... »

La voix cassé, il lâche le téléphone, se fichant bien de raccroché correctement le combiné, comme un fil qui le relie encore au jeune ami de sa sœur. Il s'élance vers la sorti, mettant rapidement des chaussures avant de sortir de l'appartement en trombe bousculant son aîné qui rentrait d'il ne sait où, mais il prend pas la peine de s'excuser. Il le fera plus tard sans doute, quand le temps ne sera plus compter, quand la peur dans son ventre se serra dissiper, quand son cœur aura peut être moins mal. Il n'a pas le temps. Il est même possible qu'il est à peine remarquer son frère dans le chahut de ses pensés, descendant les escaliers à vive allure, manquant deux trois fois de trébucher, mais il s'en fiche, se rattrapant de justesse, il ne décélère pas. Il ne peut pas. Lisan. Lisan. Lisan… ne t'envole pas… attrapant son vélo accrocher en bas, rageant contre l'antivol, il enfourche l'engin et pédale comme un forcené dans les rue de Milae. Vite. Vite. Toujours plus vite. Il a peur, peur d'arriver trop tard, peur qu'il est déjà disparu pour la chine, peur de perdre ce garçon cher à son cœur. Pourquoi ce drôle de sentiment existe en fait ? Il ne comprend pas… il a mit du temps à comprendre avant d'arriver dans le petit salon de l'aîné pour lui avouer ses sentiments. Il a mis du temps à mettre un nom sur cette agréable sensation de confort au côté du garçon qui est pourtant son opposé, cette douce chaleur qui c'est insinuer dans son boum boum depuis quelques temps quand l'introverti débarquer chez lui. Ou vice versa. C'est ce qui l'avait pousser, cette après-midi là, à ce rendre chez le brun, nerveux, n'étant pas habitué à cela, pour lui dire trois petit mot qui lui avait valu d'être mis à la porte. Mais il ne lui en a pas voulu. Il comprend. Il ne lui en veut pas non plus de l'avoir évité. Par contre, il lui en voudra s'il mets un pied dans ce maudit avion. Et il pédale, pédale, pédale encore. Il coupe la route à une voiture, évite l'accident de peu, ne s'excusant qu'à la volé avant de continuer plus vite, toujours plus vite, s'en faisant cracher les poumons, alors que ses joues se noies encore dans cette profonde tristesse qui ne le quitte plus.

L’aéroport en vu, après ce qui lui semble une éternité, il prit pour que le chinois soit encore là, jetant presque son vélo au sol, ne l'attachant pas, il se fichait bien qu'on le lui vole, il avait un objectif plus précieux pour lui que ce tas de ferraille, courant à l'intérieur, à bout de souffle, transpirant, habiller d'un simple jogging troué et d'un pull trop grand, il scrutait les lieux à la recherche de cette personne qu'il ne veut pas voir disparaître de sa vie. Puis il le voit, assis contre le mur, à coté de se téléphone qui pendait, par lequel il avait du l'appeler. Il se remit a courir, tombant à genoux devant l'informaticien, avant de passer ses bras autour des épaules du garçon et de les serre aussi fort qui le pouvait contre lui, sans contenir les sanglots qui arrivaient par flots.

« - Lisan… Ne part pas… »

Pleurant encore contre l'épaule de celui qu'il surnomme adorablement le petit chat, lui ayant toujours donner cette impression de petit animal farouche et indépendant pourtant si fragile. Il renifle quelques minutes avant de reprendre la parole.

« - Ne t'envole pas… je m'en fiche si tu me détestes, si tu m'aime pas, si tu me repousse, tant que tu es encore prêt de moi… »  
Wu Lisan
Voir le profil de l'utilisateur http://outoftime.forumactif.com/t442-lemme-crack-the-skynet-babe http://seoul95.forumactif.com/t266-wu-lisan http://seoul95.forumactif.com/t318-wu-lisan-i-m-in-the-matrix
before I knew, I was already yours | 12/96 EmptyLun 25 Fév - 3:22
Wu Lisan
pseudo : krow
feat : Min YoonGi before I knew, I was already yours | 12/96 CF06A30 crédits : tumblr + me
age : 47 y.o. - 06.08.71
métier : développeur de jeux
statut : en couple avec L. Merry
disponibilité rp : 2 rp
messages : 56 sujets : 62
date d'inscription : 28/06/2018 before I knew, I was already yours | 12/96 UDcQXEA
I regret nothing
Revenir en haut Aller en bas
Le son de cette voix qui s’était tue pour l’écouter, elle était différente et elle le rendait plus faible encore. Coupable de ce crime d’avoir ôté le sourire d’une personne optimiste dans son entourage te beaucoup plus douce que la plupart des coréens qu’il côtoyait. Sa gorge se serre et il l’entend pleurer, renforçant ses propres sanglots qu’il retenait au mieux pour être le plus compréhensible possible. Y parvenait-il seulement ? Il n’avait jamais été facile de s’exprimer pour lui et plus encore quand il s’agissait de sentiments. Il se laisse aller, contre le mur, glisse à la fois chaud et froid, ses joues mouillées et son corps frêle et pourtant la fatigue et les pleurs allaient le rendre malade à coup sûr. Devait-il partir ? Il voulait que Merry ne souffre plus par sa faute, rester signifiait une lente agonie et affronter le regard de celui qu’il aime sans avoir espoir qu’un jour ce lui soit retourné. Il ne pouvait pas être faux avec lui, il n’accepterait pas pour lui faire plaisir, seulement s’il ressentait la même chose, mais rien n’était sûr.

Le temps passe, les vols sont annoncés, lui reste assis à trembler, ses mains contre sa nuque, son front posé sur ses genoux et son dos ronds qui permet d’engloutir entre ses jambes ces sons qu’il ne se pensait pas capable de produire. Il avait l’impression d’être un enfant ayant perdu ses repères, paniqué et seul au monde et ça n’était pas loin de la réalité, car le petit danseur avait été son point d’ancrage dans cette ville. Une fleur en plein milieu de la ville qui ne tarissait ni en couleur, ni en beauté. Une fleur que l’on méprisait, mais que l’on admirait aussi et il l’avait toujours apprécié, cette force en lui qu’il ne retrouvait pas de son côté. Son opposé, beaucoup plus tolérant dont il avait tant à apprendre.

Il n’était plus seulement triste, il ne voulait pas le perdre non plus, mais c’était égoïste, atrocement et il en avait conscience. Le chinois se mord la lèvre pour essayer de faire passer sa honte. Quelqu’un se penche sur lui, il reconnait immédiatement ce parfum, cette voix malgré tout déformée et cette étreinte maladroite. À cet instant, les regards de ses congénères n’avaient pas d’importance. Seul celui du Coréen le poignardait avec lenteur en plein cœur. Ce n’était pas volontaire et c’était entièrement de sa faute et malgré tout il lui pleurait qu’il voulait de lui, qu’il voulait qu’il reste, qu’il l’aime ou non. Une main passe sur ses yeux, il n’ose pas l’affronter, mais il ne veut pas qu’il le lâche. « [color:95f0=#palevioletred-]Pardo…nne-moi s’il- te plait, j’ai tellement… tellement honte » de t’avoir abandonné, de te faire sentir coupable. « C’est ma faute » dit-il d’une voix faible entrecoupé par sa respiration saccadée par les pleurs. Il n’avait plus nulle part où aller, il avait tout préparé, il avait été idiot de redouter ce moment de confrontation et il regrettait de n’avoir pas pris le temps d’en parler, d’avoir opté pour la fuite. Mais il était encore temps pour la prendre… pour éviter de tirer le danseur plus bas. « Tu devrais me laisser partir… pourquoi tu tiens à moi comme ça… je mérite vraiment pas que tu sois aussi tolérant » non, il ne se voyait pas comme une personne digne de lui, non, il ne pensait pas être fiable tout court.
Contenu sponsorisé
before I knew, I was already yours | 12/96 Empty
Revenir en haut Aller en bas
 
before I knew, I was already yours | 12/96
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» I knew the pathway like the back of my hand . Le 24/12 à 14h
» ghosts that we knew (posy)
» even if I knew my place, should i leave it there ? ~ 23/04 | 10h15
» Danaë ► you always knew that you'll be the one
» Cerys - the girl who knew too much but didn't remember

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Remember me for centuries :: Passé :: ☆ 평행구 pyeonghaeng-gu-
Sauter vers: